Le Far West se propage sur les chantiers : plus de contrôles, plus de moyens!

Nouvelle présomption de dumping salarial et de travail au noir sur un chantier de plâtrerie-peinture à Areuze. Les partenaires sociaux et instances de contrôles des chantiers réclament des moyens plus efficaces pour endiguer ces dérives néfastes.

L'Association neuchâteloise pour le contrôle des conditions de travail (ANCCT) a découvert un nouveau chantier qui présente de nombreuses irrégularités et emploie probablement des travailleurs au noir. Lors de plusieurs visites, quelques travailleurs employés à Areuse par les entreprises Miralb et DS peinture ont été contrôlés. Résultat : les ouvriers en seraient systématiquement à leur premier jour d'essai, aucun d'entre eux n'a de contrat de travail ou d'autorisation de séjour. Lors d'un nouveau contrôle aujourd'hui, trois ouvriers ont carrément pris la fuite, l'un d'entre eux a pu être rattrapé par un contrôleur. L'entreprise en question, implantée à Fribourg, n'est en outre pas inscrite au registre du commerce.

Ce faisceau d'éléments fait redouter un nombre important d'abus contre lesquels il faudrait pouvoir intervenir rapidement. Ce qui n'est malheureusement pas le cas. La police, appelée à la rescousse, ne s'estime pas compétente pour agir. Il a fallu également lourdement insister pour que l'Office de contrôle (OFCO) se déplace enfin cet après-midi.

Ce cas révèle une fois de plus le manque de moyens pour endiguer le travail au noir et le dumping salarial. Les compétences sont compartimentées, la coordination entre les services responsables fait défaut, les moyens en personnel et les outils juridiques manquent pour intervenir efficacement, laissant les contrôleurs de chantiers démunis devant des fraudes manifestes.

Comme le cas d'Alpen Peak l'avait révélé, on peut également soupçonner l'existence de réseaux bien organisés qui enfreignent toutes les règles pour travailler à des tarifs de dumping. Afin d'éviter que la situation ne continue à se détériorer sur les chantiers et qu'on en arrive à un véritable Far West comme au Tessin, Unia, l'association patronale de la peinture (ANEPP)  et l'ANCCT demandent donc une fois encore à l'Etat d'intervenir dans les délais les plus brefs. Les autorités cantonales doivent :

  • Accélérer la discussion du groupe de travail " Etat - commissions paritaires -partenaires sociaux " en vue de concrétiser l'amélioration des processus
  • Améliorer la coordination entre les services concernés afin de pouvoir mener rapidement des actions concertées contre les abus
  • Augmenter le nombre de contrôles et les moyens en ressources humaines qui y sont destinés
  • Clarifier et améliorer l'appareil législatif

Car ce n'est qu'ainsi qu'une lutte efficace pourra être menée contre la dégradation du climat sur les chantiers, la concurrence déloyale, le dumping salarial et le travail au noir.