Chantier d’Areuse : les abus dénoncés la semaine dernière continuent

Lors d’une nouvelle visite du chantier d’Areuse où de sérieuses irrégularités avaient déjà été signalées la semaine dernière, l’ANCCT a découvert aujourd’hui que la société Miralb avait mandaté une nouvelle société, Jona Bau de Rothrist, pour poursuivre les travaux de peinture en remplacement de la société DS peinture mise en cause pour ses agissements douteux.

Une fois de plus les travailleurs, cette fois quatre travailleurs roumains, n’avaient pas de contrat. Le patron leur a à nouveau promis de signer le contrat au terme de leur journée d’essai, pour autant qu’ils travaillent bien. Le système du jour d’essai systématique avec promesse de contrat semble être bien rôdé. C’est en effet la troisième fois que cela a été constaté sur ce chantier. Par ailleurs, dès que les travailleurs sont contrôlés, ils disparaissent dans la nature.

L’ANCCT, Unia et l’ANEPP ont exigé copies des contrats de travail auprès du directeur de Jona Bau qui a de son côté prétendu que ces contrats étaient déjà été signés, que l’extrait de compte individuel AVS ainsi que les contrats SUVA étaient en sa possession et seraient transmis. Les pièces remises en fin d’après-midi par mail à l’ANCCT ne permettent pas d’attester que les travailleurs sont assurés contre les accidents etc., ni qu’il existe des contrats de travail.

L’ANCCT, Unia et l’ANEPP déplorent que des faits déjà dénoncés se poursuivent, sans qu’il soit possible d’y mettre fin. Il faudrait immédiatement bloquer les travaux quand des irrégularités flagrantes et répétées sont constatées. A défaut, il est très difficile de lutter efficacement contre la sous-enchère salariale.