"Permanences salaire minimum" pour veiller au respect du salaire minimum légal neuchâtelois

Unia Neuchâtel se félicite de la confirmation de l’introduction du salaire minimum légal cantonal et de sa mise en vigueur immédiate. Pour assurer le bon respect de ce salaire minimum, le syndicat demande que des ressources supplémentaires soient allouées aux services de l’administration cantonale pour effecteur leur travail de contrôle. De son côté, Unia organisera des « permanences salaire minimum » gratuites pour permettre aux travailleurs et aux travailleuses de faire vérifier si leur salaire respecte le nouveau salaire minimum légal neuchâtelois.

L'introduction du salaire minimum neuchâtelois est un signe positif pour la lutte contre les salaires indécents qui ne permettent pas de couvrir les besoins vitaux des travailleurs. Et c'est aussi un pas dans le sens d'une prévention et d'une lutte contre la sous-enchère salariale à laquelle nombre d'entreprises peuvent être tentées de succomber, à l'heure où beaucoup de personnes sont en recherche - parfois désespérée - de travail.

Contrôles indispensables

Toute norme et disposition légale ne fait sens que si elle est appliquée ! Et les dispositions ne sont appliquées que si elles font l'objet de contrôles. Les services de l'administration cantonale auront, entre nombreuses autres tâches, celle de contribuer aux contrôles du respect de ce salaire minimum légal. C'est pourquoi Unia Région Neuchâtel demande au Conseil d'Etat, nonobstant ses difficultés financières, d'allouer des ressources supplémentaires pour permettre à son administration de procéder à ce travail.

Nouvelle permanence Unia

De son côté, Unia organise à l'attention des salarié-e-s du canton (membres Unia ou non-membres) des " permanences salaire minimum " gratuites chaque semaine dès le 25 septembre de 15h à 18h, le lundi à Neuchâtel et le jeudi à la Chaux-de-Fonds. Le but de ces permanences sera de permettre à chacun-e de vérifier si son salaire correspond bien au nouveau minimum légal. Pour les membres Unia, des démarches peuvent être entreprises pour faire rectifier les salaires au nouveau standard légal, ou pour exiger au plus tard au moment du départ de l'entreprise qui n'a pas respecté le salaire minimum, rétroactivement, le paiement de la différence de salaire.

Supplément vacances

Il est rappelé que le salaire minimum de Fr 19.70 est le salaire minimum horaire brut, et qu'à ce salaire il convient d'ajouter un supplément vacances de 8,33 % pour les salarié-e-s qui ont droit à 4 semaines de vacances (ou de 10,64% en cas de 5 semaines de vacances). Le contrat de travail et les décomptes de salaires doivent toujours prévoir (donc déjà avant l'entrée en vigueur du salaire minimum neuchâtelois) un détail du paiement du salaire de base et des suppléments vacances A défaut, le supplément vacances peut être obtenur rétroactivement.

Unia région Neuchâtel se réjouit d'avoir collaboré activement à l'avènement de ce salarie minimum cantonal. Le syndicat s'engage à mettre toutes ses forces pour un strict respect de ce salaire minimum et pour la poursuite des bonnes relations paritaires qui prévalent dans notre canton. Elles permettent de faire vivre, de développer et de faire respecter les nombreuses conventions collectives de travail existantes.