Unia Neuchâtel s'alarme des 110 licenciements prévus à METALOR

Le groupe METALOR a annoncé ce matin son intention de procéder au licenciement collectif de 110 personnes. Depuis le début de l'an passé, ce fleuron de l'industrie neuchâteloise a déjà laissé près d'une centaine d'employé-e-s sur le carreau.

Le groupe METALOR a annoncé ce matin son intention de procéder au licenciement collectif de 110 personnes. Depuis le début de l'an passé, ce fleuron de l'industrie neuchâteloise a déjà laissé près d'une centaine d'employé-e-s sur le carreau.

 

Avec ces 110 nouveaux licenciements annoncés, c'est  un immense coup de massue pour les salarié-e-s de l'entreprise et  pour l'emploi dans le canton en général. Unia organisera une assemblée du personnel le mardi 16 février avec l'ensemble des  travailleurs/euses  pour évoquer des alternatives aux licenciements et pour rassembler les revendications des salarié-e-s quant à leur avenir (mesures de reclassement, accompagnement  à la  recherche d'emplois, plan social etc...).  

 

Les nouveaux investisseurs parisiens qui détiennent désormais la majorité  du capital du groupe Metalor n'auront pas laissé longtemps en vie le département "watch" qui fait de la sous-traitance horlogère . Les autres départements Metalor se portent fort bien et ont les reins solides. On eut été en droit d'attendre que le groupe laisse davantage de temps à son département problématique pour relever la tête.

 

Unia en appelle au soutien du canton dans la recherche de solutions aux problèmes nombreux qui vont se poser pour les salarié-e-s de cette entreprise.

 

 

Plus d’Informations: 

Catherine Laubscher, secrétaire régionale

Pascal Crespin, responsable industrie