Arrêtez de brasser de l’air! Des mesures concrètes pour l’emploi, SVP!

Le syndicat Unia exige que des mesures concrètes pour préserver l’emploi soient prises et que les autorités arrêtent de brasser de l’air. Il faut renforcer le pouvoir d’achat, adopter un programme d’investissement pour la reconversion écologique et prendre des mesures contre le chômage des jeunes.

La conseillère fédérale Doris Leuthard a invité aujourd’hui des représentants de l’économie triés sur le volet à une journée de l’emploi qui doit déboucher, après deux tables rondes d’une heure, à la présentation aux médias des résultats de ces échanges. Contrairement à ce qui a été annoncé, les discussions vont avoir lieu dans un cercle fort restreint,  entre employeurs et autorités presqu’exclusivement. Ni le syndicat Unia, ni aucun autre syndicat de branche n’a été invité à cette journée.

 Plus de photos

 

Unia se permet malgré tout de critiquer fermement la passivité des autorités. La Suisse compte officiellement déjà plus de 150 000 chômeurs et chômeuses. Un nombre encore plus important de personnes sont à la recherche d’un emploi. Ils pourraient être 300 000 l’année prochaine. Pendant ce temps, le Conseil fédéral persiste à vouloir éteindre l’incendie de la crise avec un simple arrosoir. Si, l’Etat devait aggraver la crise, faute d’investissements suffisants et de soutien au pouvoir d’achat, il s’illustrera comme le plus grand destructeur d’emplois de ce pays.

 

Des mesures concrètes au lieu d’opérations de relations publiques

L’heure est aux mesures concrètes! Il ne suffit plus d’organiser une journée de l’emploi avec quelques employeurs pour soigner son image. Unia a mené une action symbolique aujourd’hui à Boudry pour exiger que l’on arrête de brasser de l’air. Il faut concrètement:

une augmentation des subventions pour réduire les primes-maladie qui couvre leur renchérissement et le remboursement immédiat de la taxe sur le CO2 pour préserver le pouvoir d’achat;

  • un programme d’investissements doté d’au moins cinq milliards de francs pour la reconversion écologique;
  • le chômage partiel à la place des licenciements; la prolongation de la durée maximale de la réduction de l’horaire de travail à 24 mois; des mesures spécifiques contre le chômage des jeunes ;
  • des investissements dans la formation continue.

Unia attend également des employeurs qu’ils assument leur part de responsabilité en augmentant les salaires. Deux tiers des salariés travaillent dans des entreprises qui se portent encore bien. Mais, si les salaires n’augmentent pas, l’économie intérieure risque de s’effondrer l’année prochaine.

 

La Suisse a injecté 68 milliards dans le sauvetage d’une banque privée, sans sourciller. Or, quand il s’agit de garantir les emplois, le Conseil fédéral et le Parlement se défilent. Un changement de cap s’impose.

 

Arrêtez donc de brasser de l’air! Il faut des mesures concrètes pour l’emploi, sans attendre!

 

Plus d’Informations:

Catherine Laubscher, secrétaire régionale Unia Neuchâtel  

Manif 19 septembre à Berne: Travail, pouvoir d’achat et retraites!

Halte au profit à tout prix.