Landsgemeinde 21 mai 2011

Quelque 800 travailleurs de la construction convoqués en Landsgemeinde par les syndicats Unia et Syna se sont réunis samedi à Berne. Leur convention nationale expirera à la fin de l’année. Ils exigent une meilleure protection et sont disposés à se battre pour l’obtenir. Ils ont décidé de mener des actions sur les chantiers pendant l’été, d’organiser une manifestation nationale en septembre et, le cas échéant, de recourir à des mesures de protestation et de lutte cet automne.

 

La convention nationale du secteur principal de la construction (CN) expire cette année. La CN est l’une des principales conventions collectives de travail (CCT) en Suisse. Elle règle les conditions de travail de près de 100 000 personnes actives dans la branche. Depuis février, les syndicats Unia et Syna, ainsi que la Société suisse des entrepreneurs, négocient en vue du renouvellement de cette CCT. Or les négociations sont au point mort et le conflit risque de s’envenimer.
 
Demande d’une meilleure protection de la part des syndicats

Le secteur de la construction est en plein essor, les chiffres d’affaires augmentent d’année en année. Or les travailleurs n’ont guère profité jusqu’ici de la conjoncture favorable. Au contraire, les délais sont toujours plus serrés, tandis que l’intensité du travail augmente sur les chantiers. En outre, les travailleurs de la construction doivent poursuivre leur activité par tous les temps, au péril de leur santé. «La priorité des travailleurs de la construction», a résumé Hansueli Scheidegger, responsable du secteur Construction du syndicat Unia, «est d’obtenir dans le cadre de la nouvelle convention nationale une meilleure protection sociale et une meilleure protection de leur santé». Ernst Zülle, responsable de la branche Construction du syndicat Syna, a renchéri: «Nous exigeons une limitation du recours à la sous-traitance et au travail temporaire au profit de l’emploi fixe. Les travailleurs de la construction sont un volant de main d’œuvre exploité abusivement par les entrepreneurs.»
 
Remise en question de la retraite à 60 ans et projets de démantèlement des entrepreneurs
Quant aux entrepreneurs, ils aspirent à un véritable démantèlement social. Ils remettent en question la retraite à 60 ans dans la construction et visent à péjorer gravement la CN. Les salaires minimums ne seraient plus applicables à l’ensemble du personnel, les entrepreneurs pourraient aménager les horaires de travail comme cela les arrange, sans garde-fous, et la protection en cas de maladie et d’accident serait réduite. Ces propositions constituent une attaque frontale contre tous les travailleurs de la branche. Un conflit très dur se dessine dans la construction.
 
Adoption d’un plan d’action et manifestation nationale en automne

Les travailleurs présents à la landsgemeinde d’aujourd’hui ont été choqués d’apprendre le piétinement des négociations et ont donc décidé de durcir prochainement le ton. Si les entrepreneurs refusent d’entrer en matière sur leurs exigences légitimes et raisonnables, des actions seront organisées sur les chantiers de toute la Suisse encore avant les vacances d’été. Une manifestation nationale est prévue le 24 septembre à Berne. Les travailleurs de la construction envisagent par la suite, le cas échéant, des mesures de protestation et de lutte.