Remise de la palme d'or 2011 du plus mauvais employeur de canton

Depuis 2010, le syndicat Unia Neuchâtel décerne une fois par année une Palme d’or du plus mauvais employeur. Ce prix symbolique lui est remis en main propre lors d’une action syndicale à laquelle la presse est conviée.

Le précédent lauréat de ce prestigieux prix était l’indétrônable Christophe Claret, le tristement célèbre horloger. Cette année, ce sont les militants d’Unia du secteur industrie qui ont nominé SC Polissage SA. L’entreprise mérite sa Palme d’or du plus mauvais employeur du canton à plusieurs titres.

 

Les griefs à l’encontre de Polissage SA sont en effet nombreux: 

L’entreprise pratique des salaires scandaleusement bas. Le syndicat Unia l’avait d’ailleurs signalé aux services de l’inspection du travail qui avaient veillé à l’application du salaire de référence.

 

Quelques années plus tard, rien n’a vraiment changé:

  • Les salaires restent toujours aussi bas malgré des affaires florissantes.
  • Les avertissements adressés aux employés pour les terroriser sont monnaie courante. 
  • Les décomptes horaires sont souvent inexacts (comme par hasard, rarement en faveur de l’employé).
  • Des pratiques d’un autre âge, comme le rattrapage des périodes de maladie, sont encouragées.

Le syndicat Unia tire la sonnette d’alarme et exige que ces agissements cessent immédiatement. Unia plaide par ailleurs en faveur d’un salaire minimum légal à 4000 francs, seul moyen de contraindre des entreprises indélicates qui profitent de leur personnel de les rémunérer correctement.

 

Non à l’exploitation, non au dumping salarial!