Sans nous pas de Suisse !

Sans nous pas de Suisse : Halte à la xénophobie

S’en prendre aux migrant-e-s est «anti-suisse»

 

 

La population étrangère vivant en Suisse est toujours cible de propos haineux et réducteurs. Depuis des années, les milieux populistes de droite s’en prennent aux étrangers, attisent la peur et la xénophobie au sein de la population, empoisonnant ainsi le climat social en Suisse. Les migrantes et migrants sont diffamés et rendus responsables de tous les maux possibles: criminalité, pénurie de logements, déficit des assurances sociales, chômage, etc.

 

Pour contrecarrer cette atmosphère xénophobe, le syndicat Unia a lancé la campagne «Sans nous, pas de Suisse. Halte à la xénophobie». Il s’agit de souligner l’importance que revêtent les migrantes et migrants pour la Suisse. A travers cette campagne, Unia vise à montrer l’importance des migrant-e-s pour la Suisse à tous les niveaux – sur le marché du travail, dans la société, la vie culturelle, la recherche, les soins ou le domaine du sport.

 

Dans le cadre de la campagne à Neuchâtel le Groupe d’intérêts Migration du canton a réalisé des tractages-gare à Neuchâtel et à la Chaux de Fonds le mercredi 5 octobre et a eu des stands le samedi 8 et le samedi 15 à Neuchâtel et à La Chaux de Fonds respectivement.

 

Toutes les activités de la campagne contre la xénophobie ont été bien reçues par la majorité de population du Canton. Elles continueront jusqu’au 17 et 18 décembre  quand la journée internationale de la migration clora la campagne.

 

Montrons aux extrémistes de droite qu’il existe aussi une Suisse tolérante et ouverte! Combattons ensemble la xénophobie.

 

Sans les migrant-e-s, plus rien ne fonctionnerait en Suisse: nous leur devons donc respect!

 

Sans nous pas de soins

Qui nous soigne quand nous sommes malades?

Nos hôpitaux et nos EMS ne peuvent se passer du personnel étranger. Plus de 40% du personnel soignant n’a pas de passeport suisse. Et même plus de la moitié dans les hôpitaux universitaires de Lausanne et Genève. Au fait, savez-vous que trois nouveaux médecins sur quatre viennent de l’étranger?

 

Sans nous pas de construction

Qui construit la Suisse?

Sans la main-d’œuvre étrangère, les chantiers suisses seraient à l’arrêt: 69% des travailleurs de la construction n’ont pas de passeport suisse. Au Tessin, leur proportion dépasse même les 90%. Ce sont principalement des Portugais, des Italiens et des ressortissants d’Europe du Sud-est qui construisent la Suisse.

 

Sans nous pas de foot

Qui rend les matchs de foot intéressants?

Le football helvétique serait ennuyeux sans la contribution des migrants: 60% des joueurs de Super League ne sont pas suisses d’origine. Et sans eux, la Suisse ne se serait jamais classée vice-championne à l’EURO M21, comme elle l’a fait cette année au Danemark.

 

Sans nous pas de recherche

Qui se consacre à la recherche et à l’innovation?

Sans ses migrant-e-s, la Suisse serait deux fois moins innovatrice. Plus de 60% des chercheurs/-euses qui travaillent pour les grands groupes pharmaceutiques suisses n’ont pas de passeport à croix blanche.  

     

 

Sans nous pas de chocolat

Qui fabrique le bon chocolat suisse?

L’industrie chocolatière suisse ne produirait rien sans son personnel étranger: nos fabriques de chocolat emploient une majorité de migrant-e-s. Près de 60 % des employé-e-s de l’industrie chocolatière n’ont pas de passeport suisse.

     

Plus d'information sur:

sans-nous-pas-de.ch